GESS 2013 : Résumé des communications "Gouvernance"

La table ronde gouvernance a été animée par Pascale Château-Terrisse et Bertrand Valiorgue autour de six communications.

  • Dans l’intimité des relations entre gouvernance et management : l’étude d’une Coopérative d’Activité et d’Emploi

Frédérique ALLARD, Pascale AMANS, Ketty BRAVO-BOUYSSY, Stéphanie LOUP
Université Toulouse III, France
Acteur de l’accompagnement entrepreneurial, vecteur d’un entrepreneuriat collectif et coopératif, une coopérative d’activité et d’emploi présente un système de gouvernance particulier. Son investigation, soutenue par une étude de cas, éclaire les logiques à l’oeuvre, les leviers actionnés comme la vulnérabilité de la gouvernance participative. Elle contribue ainsi à sortir de l’ombre la réalité encore méconnue du fonctionnement de cette forme atypique de coopérative

  • L’idéal coopératif : une condition de la démocratie économique

Thierry BRUGVIN
Largotec, France
D’un point de vue philosophique la démocratie dans les coopératives suppose que chaque travailleur soit aussi sociétaire (c'est à dire propriétaire) et ne dispose pas de plus d’une voix. Mais au plan juridique cette règle n’est pas toujours respectée dans les Scops et encore moins dans les coopératives d’usagers (les mutuelles d’assurances ou de banques) puisque la majorité des sociétaires ne sont pas travailleurs. Ainsi, dans les mutuelles en particulier, les usagers-sociétaires se désintéressent majoritairement de leur droit de vote et les directeurs prennent les commandes au détriment des usagers et des salariés.

  • Etude de la nature des pactes d’actionnaires dans deux fonds de capital-risque solidaire : une discussion sur la pertinence du cadre théorique de la relation d’agence

Pascale CHÂTEAU-TERRISSE
Université Paris-Est, IRG, France
Cette présentation vise à étudier le pacte d’actionnaire dans deux organisations de capital-risque solidaire. Elle interroge la nature de cet outil dans le contexte spécifique de la finance solidaire et discute la pertinence du cadre théorique de l’agence. Le cadre théorique de l’agence est-il pertinent pour étudier les pactes d’actionnaires dans le capital-risque solidaire ? La littérature sur les pactes d’actionnaires dans le capital-risque exploite le cadre théorique de l’agence sur deux postulats principaux : les fonds et les cibles n’ont pas les mêmes intérêts et possèdent une rationalité économique (Davis et al., 1997, Arthurs et Busenitz, 2003). D’une manière large, la rationalité décrit le processus mental qui tente de maîtriser la réalité (Redmond, 2004) et d’ajuster les moyens aux fins (Townley, 2002). Elle se reflète dans les relations entre les fins et le moyens données par les organisations dans leur gestion et qui permettent de justifier leurs actions (Friedland et Alford, 1991; Bacharach et al. , 1997). Steier (2003) oppose rationalité économique et rationalité altruiste dans les fonds de capital-risque. La rationalité économique serait exprimée lorsque les fins organisationnelles sont essentiellement financières et monétaires alors que la rationalité altruiste met en avant des fins sociales et d’aide aux entrepreneurs financés.

  • Etude de la relation managériale dans le secteur associatif : une approche située

Eric DELAVALLEE, Nathalie RAULET-CROSET
IAE Paris, Université Paris 1, France
Cette recherche porte sur la relation managériale dans le secteur associatif. A partir d'une analyse de contenu d'entretiens auprès de managers, nous mettons en lumière les tensions auxquelles les managers doivent faire face et la nature des ressources qu'ils privilégient. Nous montrons que les managers de notre échantillon construisent une relation managériale spécifique, en termes de légitimité et de leviers d'action.

  • Jalons pour une théorie de l’alter-gouvernance

Xavier HOLLANDTS, Bertrand VALIORGUE
France Business School, Campus de Clermont-Ferrand, France
La Scop Euclid est appréhendée à partir de la théorie des organisations hybrides et du travail institutionnel. La théorie des organisations hybrides est une branche bien spécifique dans la mouvance institutionnaliste. Il s’agit d’un cadre d’analyse qui s’intéresse spécifiquement à des organisations qui sont traversées par des logiques institutionnelles hétérogènes et dans certains cas antinomiques. L’exemple du travail temporaire d’insertion est un bon exemple d’une organisation hybride. Il est important de souligner que ces organisations ont peu de soutiens externes à l’intérieur du champ organisationnel pour faire cohabiter les logiques institutionnelles. Elles accomplissent alors en permanence ce que les auteurs nomment un ‘travail institutionnel’ afin de faire tenir les logiques dans l’organisation et maintenir l’intégrité de cette dernière. Les Scop comme Euclid doivent faire cohabiter trois grandes logiques institutionnelles : la démocratie, la concurrence, l’efficacité.  Elles sont donc engagées dans un travail institutionnel permanent. Nous éclairons ce processus de cohabitation à un moment très précis du fonctionnement d’une Scop l’intégration des nouveaux entrants. Plus précisément, nous regardons le travail institutionnel accompli autour des nouvelles recrues pour s’assurer que ces dernières soient en phase avec les valeurs et pratiques de l’organisation.

Copyright PAP SCIC © 2014. Tous les droits sont reserves.