GESS 2013 : Résumé des communications "Autour de l'hybridation"

Cette table ronde a été animée conjointement par Amina Bécheur et Pénélope Codello, elle a traité de l'hybridation des structures de l'ESS.

  •  Manager l’innovation sociale : les caractéristiques du contrôle organisationnel de la SCIC Ôkhra

Mathieu BARROIS, Pénélope CODELLO-GUIJARRO
SCIC Ôkhra, Université Paris-Est, France
L’innovation sociale fait l’objet de nombreux travaux pour la qualifier, en cerner les contours (Cloutier, 2003).  Cependant, peu de travaux donnent d’indications sur les modalités de son pilotage ni entrent dans la boîte noire du fonctionnement des organisations qui créent et développent de l’innovation sociale. Pour ce faire, nous nous proposons de réfléchir à la (ou aux formes) de management de l’innovation sociale et ce, en nous appuyant sur la perspective d’Eve Chiapello selon laquelle la question du contrôle organisationnel constitue le cœur du système managérial. Comme elle,  nous considérons le contrôle organisationnel comme « toute influence créatrice d’ordre » (Chiapello, ). Cette définition peu orthodoxe du contrôle nous semble tout à fait opérante dans un contexte d’innovation sociale dans la mesure où la création de désordre, par la remise en question des normes établies par exemple, constitue un des moyens de la transformation sociale visée. Le contrôle organisationnel n’est donc plus seulement un moyen de maîtriser le réel mais réside aussi dans sa capacité paradoxale à créer de l’irréel ou tout du moins les conditions de l’innovation sociale. Quels sont alors les mécanismes du contrôle organisationnel qui permettent de créer de l’innovation sociale ? de répondre aux trois dimensions centrales de l’innovation sociale : réponse à un besoin social non satisfait, générant des externalités positives (sur son territoire par exemple), par l’empowerment et l’implication des acteurs et dans une logique de prise de risque. En effet, à travers les 6 dimensions du contrôle organisationnel repérées par Chiapello, nous pouvons proposer de qualifier les mécanismes centraux du contrôle adaptés à la création de l’innovation sociale. Nous appuierons notre démonstration théorique sur l’analyse du cas ôkhra. Après avoir qualifié l’innovation sociale développée par cette entreprise, nous verrons les mécanismes du contrôle organisationnel notamment à travers le modèle socio-économique de l’entreprise basé sur la notion d’économuséologie ainsi que sur les modalités de gouvernance toute particulière et propre aux Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif (scic).

  • Le commerce équitable transforme-t-il  les techniques marketing ? Etude de la SCIC Artisans du Monde Paris 9

Amina BECHEUR, Hajar EL KARMOUNI
Université Paris-Est, France
Nous étudions la politique commerciale de la boutique Artisans du Monde (une SCIC avec un membre fondateur principal l’Association des amis d’Artisans du Monde). En réponse à la question centrale de la recherche « les pratiques des acteurs du CE renouvellent-elles les modèles marketing de gestion de la relation commerciale ? », les résultats nous conduisent à faire émerger les principes d’une démarche marketing du point de vente adaptée à une boutique de commerce équitable. Si l’on ne peut parler d’appropriation des dispositifs marketing conventionnels, la boutique est néanmoins porteuse d’une approche client originale dont le composant majeur est la convivialité, impensé jusque-là à notre connaissance du marketing des services et du marketing relationnel. La convivialité se rapproche du concept d’hospitalité (Cova, 2010) par opposition à la notion d’accueil client qui suppose attitudes prescrites et organisation dans l’espace. Elle est le fruit d’une collaboration symétrique, d’une participation active à la fois, du vendeur-bénévole qui occupe une fonction symbolique de lien entre les consommateurs et les producteurs mais également entre les expériences individuelles autour des produits, et du consommateur qui doit mettre en jeu un ensemble de ressources afin d’activer ce rôle de vecteur de liens du vendeur. En ce sens, la convivialité est une forme spécifique de co-création de valeur (Vargo et Lush, 2004) n’exigeant pas de contreparties particulières de la part du client ou dans tous les cas optionnelles (ex. : acheter des produits à chaque passage dans la boutique).

  • L’ESS : des statuts anciens, une approche nouvelle en Tunisie

Rabeb BEN ABDALLAH
Université Paris-Est, France
Depuis les années 2000, des mouvements sociaux en Tunisie font prendre conscience de situations de fortes discriminations et d’importantes inégalités sociales. Ces éléments constituent des indicateurs du malaise économique et social au pays. C’est dans ce contexte que des organisations se revendiquent de l’économie sociale et solidaire se positionnent pour montrer leur force de développement socio-économique. L’objectif de cette communication est d’étudier comment se construit le champ de l’ESS en Tunisie. Nous concluons que l’obstacle primordial auquel s’affronte ce champ est l’absence d’un cadre juridique et d’une loi spécifique. Une lecture exploratoire du champ nous permet de dresser une cartographie des principaux acteurs qui interviennent. Nous en que concluons que des interactions d’acteurs extérieures agissent sur les acteurs locaux. Ces interactions permettent de construire des écosystèmes soutenus par des réseaux étrangers avec une spécificité et des enjeux locaux.

  • Le recrutement au sein des SCOP : quelles spécificités, quels enjeux et quelles pratiques ?

Hervé CHARMETTANT, Jean-Yves JUBAN, Nathalie MAGNE
Université Grenoble 2, IUT Valence, Université Lyon 2
La question traitée dans la communication est celle des enjeux du recrutement pour les Scop. Nous avons mené une étude approfondie auprès d’une quarantaine de Scop et nous avons abordé plusieurs questions relatives au travail, à la gouvernance et au management. Sur le recrutement nous proposons d’étudier les pratiques des Scop au regard des attentes de court ou de long terme qui sont attachées à la sélection d’un candidat d’une part, et en confrontant la prise en compte, lors du recrutement, des projets économiques et socio-politiques que les Scop tentent de mener conjointement d’autre part.

  • L’impact de la construction identitaire, au sein des groupes projets inter-organisationnels, sur l’émergence d’une compétence collective territoriale.  Le cas d’un projet dans le domaine de la solidarité et de l’action sociale.

Frédérique CHEDOTEL, Sihem MAMMAR
IGR-IAE, Université Rennes 1, France
A partir de l’étude de cas d’un groupe de travail inter-organisationnel territorial, composé d’organisations de l’économie sociale et solidaire, ce papier a pour but d’analyser les facteurs explicatifs de la réussite de ces partenariats. Nous combinons les théories de la proximité, de l’identification sociale et de la compétence collective afin d’aborder la proposition selon laquelle l’identification inter-organisationnelle pourrait être source de compétence collective territoriale. Nous avons effectué une analyse comparative de deux projets portés par ce groupe qui nous a permis d’observer un lien entre le processus d’identification inter-organisationnelle et l’émergence de la compétence collective territoriale et puis d’identifier les éléments organisationnels favorables à ce processus. Ces premiers résultats nous permettent d’établir le cadre théorique pour de futures études comparatives

  • Association-Entreprise : la double identité de la Croix Rouge française en question

Monique COMBES-JORET, Laëtitia LETHIELLEUX
Université de  Reims, Champagne-Ardennes (URCA), France
La Croix-Rouge française s’est engagée, depuis 2005, dans de profonds changements qui suscitent d’importants questionnements sur l’identité même de l’organisation et sa mutation en une « association-entreprise ». A partir d’une étude de cas réalisée dans le cadre d’un contrat de recherche de trois ans (2010-2013), notre objectif est d’analyser la façon dont les membres construisent socialement la nouvelle identité de la CRF et la stratégie de changement utilisée. Nous montrons qu’il est possible de changer d’identité organisationnelle sans crise.

  • Les Karellis, une station de ski comme les autres ? Permanence et visibilité des valeurs du tourisme social et durable

Claire EDEY-GAMASSOU
Université Paris-Est, IRG, France
L’étude de cas proposée est le résultat du travail de stagiaires de la LP MOSA[1] qui, dans le cadre de leur formation continue au sein du département GEA à Fontainebleau de l’IUT Sud Seine et Marne, ont collecté des données au sein de la station de ski Les Karellis durant une semaine en janvier 2012. Ce projet était encadré par les membres de l’équipe pédagogique, Mmes Edey Gamassou, Oulahbib et MM. Bouglet, Hasquenoph, Lorentz.
Les Karellis est une station de ski associative et coopérative, créée dans les années 70 dans la vallée de Maurienne  dans la commune de Montricher-Albanne, dont le conseil municipal a été convaincu par le programme de « développement harmonisé » présenté par le fondateur de l’association Renouveau, Pierre Lainé.  En 2003, l’association a procédé, dans le cadre d’une Délégation de Service Public, à une subdélégation, d’une partie de ses compétences à une autre association loi 1901, le Conseil Supérieur des Karellis (CSK), composé de trois collèges  représentants la commune, le concessionnaire et cinq associations partenaires. Cet organe fédérateur est chargé de la promotion et de l’animation du site, gère les services non commerciaux.
Depuis son origine, les valeurs affichées de la station relève du tourisme social et se déclinent suivant trois axes : promouvoir les vacances à la montagne pour le plus grand nombre   et répondre aux besoins de séjour de vacances pour des familles aux revenus modestes ; donner de bonnes conditions de travail aux employés du tourisme ; contribuer au développement économique et social du territoire  en favorisant un développement équilibré et durable du territoire.  Afin de confronter ces objectifs d’origine aux perceptions actuelles des acteurs et bénéficiaires de cette organisation des données primaires ont été collectés auprès de différentes sources (responsables de structures gestionnaires du site, salariés, clients).

  • L’hybridation des leviers de régulation en contexte de conflit : une application aux organisations sociales et médico-sociales

Adama  NDIAYE
IAE Tours, France
Cet article porte sur l’hybridation des leviers de régulation lors du pilotage des conflits interpersonnels au sein des organisations sociales et médico-sociales. Dans cette optique, nous mettons en évidence l’approche processuelle d’un conflit interpersonnel à travers sa genèse, sa maturation et son pilotage. Pour cela, nous mobilisons une méthodologie qualitative centrée trois études de cas : les Restos du cœur, la Reposance et l’institut médico-éducatif Malécot. Nous mettons en évidence deux niveaux de résultats. D’une part, nous montrons les leviers de régulations utilisés lors du pilotage des conflits interpersonnels. D’autre part, nous mettons en évidence l’hybridation des leviers de régulation à travers la médiatisation des dispositifs organisationnels de support ou par l’instrumentation d’outils de gestion.

Copyright PAP SCIC © 2014. Tous les droits sont reserves.